Tag Archives: Etat-providence

Les Paradis fiscaux en 7 vers illustres

Les bibliophiles avertis et les dissidents de l’ordre néo-libéral disposent désormais d’un nouvel ouvrage de référence à placer sur leurs rayons entre les écrits de Naomi Klein et de Paul Jorion. Il s’agit du dernier livre de Nicholas Shaxson, Treasure Islands (« Les îles au trésor »), paru en début d’année en Angleterre et qui, comme l’indique aimablement son sous-titre, permet de tout comprendre ou presque sur « les paradis fiscaux et les hommes qui volent le monde ». [NdA: ouvrage publié en français en avril 2012 sous le titre “Les Paradis fiscaux. Enquête sur les ravages de la finance néolibérale“.] Continue reading

Faut-il encore monter dans l’ascenseur social ?

J’ai toujours aimé Henry Miller. Ce n’était pas le genre d’homme à prendre l’ascenseur social. Dans Virage à 80, un court texte de la fin de sa vie, il écrit ceci : « Ce sont les petites choses qui comptent – pas la renommée, ni le succès, ni la fortune. En haut de l’échelle la place est rare, tandis qu’en bas on est des foules à tenir ensemble sans se bousculer et sans personne pour vous emmerder. » Miller était un sage : il avait compris que l’ascension sociale n’est pas un paisible voyage, mais un combat acharné contre soi-même et les autres. Continue reading

La société selon Cameron

« Society is back » : tel pourrait être le slogan de campagne de David Cameron pour les prochaines élections générales. C’est en tout cas ce que l’on peut conclure de l’article d’Antoine Colombani consacré à la pensée politique du leader Tory, « Le nouveau conservatisme britannique », paru le 10 juillet sur le site La vie des idées. Il apparaît que le discours idéologique de David Cameron obéit à une triple contrainte : il doit non seulement s’inscrire dans la continuité de la tradition conservatrice mais, tout en se distinguant du discours travailliste, il doit aussi se démarquer des aspects les plus controversés de la doctrine thatchérienne. La réhabilitation de la « société » occupe alors une place essentielle dans ce dispositif rhétorique, à la fois comme objet privilégié d’une authentique politique conservatrice et comme solution à la double impasse de l’« autoritarisme d’Etat » façon Brown et des excès du « tout-marché » façon Thatcher. Continue reading