Tag Archives: Royaume-Uni

Sarko vu de Londres : le nabot de la République ?

Contrairement à ce que pourraient penser les mauvais esprits, il y a bien eu un « Sarkozy effect » en Angleterre. Ç’a été en avril 2008 : après une visite du couple présidentiel à Londres, les commerçants de la ville ont connu un boom des ventes de chaussures à talonnettes. Le Daily Telegraph, qui a relaté en son temps ce glorieux phénomène, en avait déduit que Sarkozy avait décomplexé les nombreux Anglais qui, tout comme lui avec la belle Carla, se sentent honteux en public auprès d’une compagne plus grande ; désormais, ils n’hésitaient plus à se rehausser de quelques centimètres au moyen de cette quasi-prothèse. En anglais, on appelle « Cuban heels » (« talons Cubains ») les talons pour hommes : il est vrai que cette dénomination est particulièrement bienvenue et que, avec les Ray-Ban et la Rolex, elle complète très bien l’attirail du latin lover m’as-tu-vu, sentimental et vaguement alcazaresque qu’incarne notre président. Continue reading

Advertisements

Les Anglais découvrent les charmes du lepénisme

Nick Griffin, le leader du British National Party (BNP), le parti d’extrême droite anglais, a parfaitement réussi son baptême du feu à la BBC, lors de sa première participation – le 21 octobre dernier – à l’émission politique Question Time, dans laquelle des hommes politiques de tout bord sont soumis aux questions du public. Sous les quolibets de la salle et en dépit des protestations de vertu outragée des autres invités, il a pu tenir droit dans ses bottes son discours raciste et xénophobe habituel, et se répandre sur les méfaits de l’immigration. Continue reading

Dubaï et la City : considérations inopportunes sur la richesse et le mérite

Personne n’a étonné d’apprendre que, parmi les créditeurs étrangers, les banques britanniques étaient les plus exposées à Dubaï World, le conglomérat d’Etat qui s’est avéré incapable de payer ses dettes, tant la folie des grandeurs de l’émirat du Golfe et la mégalomanie des banquiers anglais et écossais semblaient parfaitement correspondre, outre évidemment leurs intérêts communs bien compris. En revanche, on a pu apprendre avec intérêt qu’environ 100 000 britanniques vivaient à Dubaï – la communauté occidentale la plus importante –, et que toute une armada de professionnels utiles (banquiers, traders, avocats, comptables, consultants, négociants, etc.) exerceraient là-bas ses talents, en conformité donc avec le profil économique de ce minuscule territoire. D’ailleurs, le voyage à Dubaï était presque devenu une étape obligée du cursus honorum des financiers, une expérience fructueuse dans l’apprentissage des Wilhelm Meister de la banque. Continue reading

La société selon Cameron

« Society is back » : tel pourrait être le slogan de campagne de David Cameron pour les prochaines élections générales. C’est en tout cas ce que l’on peut conclure de l’article d’Antoine Colombani consacré à la pensée politique du leader Tory, « Le nouveau conservatisme britannique », paru le 10 juillet sur le site La vie des idées. Il apparaît que le discours idéologique de David Cameron obéit à une triple contrainte : il doit non seulement s’inscrire dans la continuité de la tradition conservatrice mais, tout en se distinguant du discours travailliste, il doit aussi se démarquer des aspects les plus controversés de la doctrine thatchérienne. La réhabilitation de la « société » occupe alors une place essentielle dans ce dispositif rhétorique, à la fois comme objet privilégié d’une authentique politique conservatrice et comme solution à la double impasse de l’« autoritarisme d’Etat » façon Brown et des excès du « tout-marché » façon Thatcher. Continue reading

Le corps obèse de l’Europe

Nous ne trancherons pas ici la question de savoir si l’Angleterre est aujourd’hui l’homme malade de l’Europe, tant il est vrai que, sur ce point, la concurrence est rude et oppose de nombreux prétendants : malades, toutes les nations européennes le sont plus ou moins, chacune selon son génie propre. Il est un domaine en revanche où la Grande-Bretagne impose sa suprématie, c’est dans le taux d’obésité : selon une étude du NHS (National Healthcare Service, le service de santé publique britannique) publiée en janvier 2008, les Anglais sont en effet les plus gros d’Europe – juste devant les Allemands, les Français étant en revanche les derniers du classement. Continue reading

Scandale aux Communes : cabale, catharsis ou cataclysme ?

Au milieu de la faillite générale du Royaume-Uni, le scandale des notes de frais agit comme une bombe à déflagration lente : on ne sait trop quels seront ses effets à long terme sur la vie politique et institutionnelle du pays, mais on sait qu’ils seront importants. Plusieurs grilles de lecture se superposent et se concurrencent pour lui donner un sens – cabale de conservateurs anti-européens, dérive populiste des médias, catharsis démocratique, implosion du leadership néolibéral –, chacune mettant en avant un aspect particulier de l’affaire. Examinons-les dans l’ordre. Continue reading

Le Tory qui murmurait à l’oreille des canards

Quand sera retombée toute la poussière du prodigieux scandale des notes de frais qui touche la chambre des Communes depuis maintenant deux mois, ce sont bien sûr les dépenses les plus extravagantes qui resteront dans les mémoires, au premier rang desquelles celles du député conservateur Peter Viggers, qui aura quand même poussé l’amour des bêtes jusqu’à vouloir faire payer par le contribuable une maison flottante pour les canards dans sa propriété de l’Hampshire. C’est d’ailleurs avec ces volatiles désormais fameux que le Daily Telegraph a ouvert son hors-série du samedi 20 juin consacré au scandale, The Complete Expenses Files : en bas à droite de la couverture, sur un fond noir uniforme, une tête de canard se détache malicieusement. Continue reading